Le décanteur particulaire vertical compact pour le traitement des eaux de ruissellement

AGIR POUR UN TRAITEMENT EFFICACE DES EAUX DE RUISSELLEMENT

LES MATIÈRES EN SUSPENSION : UN VECTEUR DE POLLUTION DES EAUX DE RUISSELLEMENT

En tombant sur le sol, la pluie va lessiver et éroder les matériaux de la surface sur laquelle elle s’écoule. Elle peut transporter des déchets visibles mais également des fines particules de plus ou moins petites tailles solides, d’origine minérale, organique ou chimique, portées par l’eau et par l’air : les Matières En Suspension (MES). La véritable pollution des MES est due à leur capacité à fixer les micropolluants sur leur surface (adsorption) et à les transporter dans les eaux de ruissellement.

MICROPOLLUTION : DES SUBSTANCES NOCIVES MÊME À FAIBLE DOSE

Un micropolluant est une substance indésirable, détectable dans l’environnement à très faible concentration (microgramme par litre voire nanogramme par litre). Il provient en partie d’activités humaines (procédés industriels, pratiques agricoles ou activités quotidiennes). Sa toxicité, sa persistance dans le milieu naturel et sa bioaccumulation ont des effets négatifs sur les organismes vivants.

Les micropolluants peuvent avoir des propriétés chimiques variées. Ils peuvent être :
→ minéraux tels que métaux, métalloïdes et éléments radioactifs : plomb, cadmium, mercure, arsenic, antimoine, radon, uranium, etc.
→ organiques : pesticides, hydrocarbures, solvants, détergents, cosmétiques, substances médicamenteuses, etc.

La réglementation européenne a par exemple recensé plus de 110 000 molécules de micropolluants organiques.

ORIGINES DE LA POLLUTION DES EAUX DE RUISSELLEMENT

Exemples de pollution : résidus de combustion des moteurs thermiques, fuite d’huile, usure des pneumatiques et des freins, usures des pots catalytiques, corrosion de la carrosserie, du châssis, peinture au sol, ciment, bitume, asphalte, matériaux de construction, érosion des sols, incinérateurs

LE BIOMIMÉTISME, SOURCE D’INSPIRATION POUR DÉVELOPPER LES TECHNOLOGIES DE DEMAIN

C’est en s’inspirant de la nature et de son savoir-faire depuis 30 ans que Techneau a développé la nouvelle génération de décanteur particulaire compact capable de piéger et de stocker les Matières En Suspension (MES).

LA TECHNOLOGIE DU DÉCANT’EAU S’APPUIE SUR QUATRE PROCÉDÉS :

Un système de circulation giratoire des flux, permettant de prolonger le temps de séjour des particules et de favoriser leur décantation;
Des décrochements, générant des zones de recirculation et favorisant l’agglomération des particules entre elles afin d’optimiser leur décantation;
Des tuyères permettant de redistribuer l’effluent de manière homogène et d’isoler les boues du flux passant;
Un silo à boues isolé du flux passant.


UNE INTERCEPTION DES MES* OPTIMISÉE

GRÂCE À UNE DOUBLE TRAJECTOIRE DU FLUX DANS LA TÊTE

Le Décant’eau se compose d’une tête de répartition et d’un silo à boues.

Cette géométrie, résultat de 36 mois de recherche et de développement rassemble une multitude d’innovations et permet de piéger au maximum les MES, tous diamètres confondus.

La technologie du Décant’eau s’appuie sur deux trajectoires du flux :
>La circulation giratoire du flux autour de la colonne centrale, permettant de prolonger le temps de passage des MES et de favoriser leur décantation.
> Les zones de recirculation, générées par chaque redent qui structurent la tête, optimisent l’agglomération des particules et favorisent ainsi leur décantation.


UN SYSTÈME UNIQUE ET BREVETÉ DE RÉPARTITION

DES TUYÈRES SPÉCIALEMENT CONÇUES POUR HOMOGÉNÉISER LE FLUX

Un des nombreux atouts du Décant’Eau est la répartition du flux en partie basse de la tête grâce au système de tuyères.

Ces tuyères permettent de redistribuer de façon homogène l’effluent et les MES vers le fond de la cuve tout en les orientant vers les parois de l’appareil. Cette redistribution du flux permet de maintenir une zone centrale assainie afin de laisser passer le flux déchargé de particules vers la sortie. Ce système permet également de séparer le flux passant des boues déjà décantées au fond du silo.


UN STOCKAGE XL DES BOUES ET PARTICULES

ISOLÉ DU FLUX PASSANT

Le silo à boues, partie indépendante de l’ouvrage, permet d’isoler les boues et particules du flux passant, évitant ainsi leur remise en suspension en cas de forte précipitation.
Sa grande capacité de stockage permet de minimiser la fréquence d’entretien.


LES POLLUANTS ET FLOTTANTS INTERCEPTÉS

→ En cas de déversement accidentel d’hydrocarbures ou de flottants (sacs en plastique, bouteilles, masques…), le Décant’eau dispose d’un volume de stockage suffisant pour éviter le rejet vers la sortie.

→ Dans le cas d’un déversement accidentel de liquides légers par temps sec, l’appareil peut stocker momentanément un volume de 300 litres d’hydrocarbures (soit l’équivalent de 6 réservoirs de voitures).


LA MAÎTRISE EN CAS DE DÉBIT EXCEPTIONNEL

En cas de forte précipitation, le Décant’eau équipé du puits de décharge va gérer le débit de pointe.

Le puits de décharge permet d’évacuer une grande partie du débit de pointe tout en évitant de relarguer flottants et boues déjà décantés.


DU STANDARD AU SUR-MESURE

DES VERSIONS POLYÉTHYLÈNE ET POLYESTER DISPONIBLES

La version polyester permet d’adapter la hauteur de l’appareil selon votre fil d’eau et la capacité de stockage du silo à boues selon vos contraintes.


UN OUVRAGE COMPACT ET VERTICAL POUR UNE POSE SIMPLIFIÉE

Le Décant’eau est livré tout équipé, prêt à être posé.

L’installation, identique à nos autres ouvrages de même taille est facilitée par la forme verticale du Décant’eau.

La version polyéthylène permet de limiter le coût du transport et le temps d’installation grâce à son poids plus léger que le béton. Un engin lourd pour le levage n’est donc pas nécessaire.

Insensible à la corrosion, le PE garantit une longévité plus importante que l’acier ou le béton.


UN OUVRAGE FACILE À ENTRETENIR ET À CONTRÔLER

L’appareil fonctionnant sur le principe de la séparation gravitaire (différence de densité), il utilise uniquement l’énergie de l’écoulement gravitaire du flux à traiter. Aucun filtre et substrat ne sont nécessaires pour le fonctionnement du Décant’eau.

La grande capacité de stockage du silo à boues, accessible grâce à la colonne de vidange, permet également de réduire considérablement les coûts de maintenance.


Retrouvez toutes nos vidéos sur le Décant’eau :


Toutes nos cuves sont fabriquées en Normandie.


Sources : www.graie.orgwww.ceseau.org – rapport de l’OPECST n° 2152 (2002-2003) de M. Gérard MIQUEL, fait au nom de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scient. tech., déposé le 18 mars 2003. Annexe 8 – L’eau de pluie sur les autoroutes et les aéroports